• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Méta

  • avril 2020
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • le rouge et le jaune

    SSC_0193-3

  • pourquoi mourir ?

    DSC_0455-1

  • sexo

    sexo

Les pompiers incendiaires

Posté par jacques LAUPIES le 2 octobre 2008

p10203312.jpg

Le gouvernement est aux abois. Pour tenter de sauver ce qui peux encore l’être dans la bourrasque financière, François Fillon annonce ce matin dans une interview au journal « Les échos » qu’il s’apprête à piocher dans la caisse du livret A. Ce placement est devenu pour les français le plus sûr, car à l’abri – pour le moment –des marchés financiers.

Pour justifier l’opération détournement des fonds du logement social, il évoque des prétendus « excédent de la collecte du livret A par rapport aux besoins de logement social ».

Quel cynisme ! Le premier ministre ferait mieux de réviser ses fiches, rien que pour l’Ile-de-France, ce sont 300.000 familles qui sont aujourd’hui en demande de logement social.

Non monsieur le premier ministre, l’épargne des français ne doit pas servir de bouche trou à la spéculation financière. Bien au contraire. En ces temps de crise, c’est bien l’épargne qu’il faut préserver. Le Parti communiste français met en garde le gouvernement contre le détournement de l’épargne des français. Une telle décision pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Le 8 novembre, le Parti communiste français organise les états généraux du logement, avec un ordre du jour particulièrement d’actualité : Analyse des effets du capitalisme et de sa financiarisation concernant le secteur de l’immobilier.

Parti communiste français

Paris, le 1er octobre 2008.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Déclaration de M.G. Buffet après les élections (extraits)

Posté par jacques LAUPIES le 4 septembre 2008

Les Françaises et les Français ont bien compris que les franchises médicales avaient rendu l’accès à la santé payant. Ils ont compris que leurs salaires reculaient quand ceux des patrons augmentaient. Ils ont compris qu’ils allaient travailler plus longtemps pour moins de retraite. Alors c’est bien l’orientation de la politique de la droite, son incapacité à répondre aux problèmes des Françaises et des Français qui a été sanctionnée avant-hier ! Et c’est bien pour avoir des élus à leurs côtés dans la gestion et dans l’opposition aux politiques du gouvernement qu’ils ont chassé les élus de droite et élu des majorités de gauche.

Aussi, la défaite de la droite hier est une formidable occasion pour développer les luttes sociales en cours. Je pense à la grève des enseignants aujourd’hui. Je pense à la grande journée de manifestations du samedi 29 mars pour le pouvoir d’achat et les retraites. Et j’invite tous nos élu(e)s à se joindre à ces manifestations, à mobiliser largement les hommes et femmes qui leur ont manifesté leur confiance dans les urnes, et ce pour assurer la pleine réussite de cette journée d’action.

………………..

Et ces luttes sociales et politiques, nous les mènerons d’autant plus amplement que nous en avons les moyens. Je vous en rappelle les chiffres, puisque la carte de France des villes et des départements que j’ai pu voir hier sur France 3, car je suis une fidèle de la télévision publique, comprenait beaucoup de rose, du bleu et un peu d’orange. Les deux Conseils généraux communistes, le Val-de-Marne et l’Allier, nos 28 villes de plus de 30 000 habitants, nos 91 de plus de 9000 habitants, contre 86 en 2001, le cap des 13 000 élus largement dépassé, tout cela existe. Et notre influence nationale aux cantonales, je vous la rappelle, s’élève à plus de 9% des suffrages exprimés.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Posté par jacques LAUPIES le 3 septembre 2008

http://www.dailymotion.com/video/x6mpsm

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Préambule des statuts du Parti Communiste Français

Posté par jacques LAUPIES le 11 juillet 2008

« Les femmes et les hommes qui s’associent pour constituer ensemble le Parti communiste français ont en projet commun de vouloir répondre aux immenses défis de notre époque par l’émancipation de chacun-e, la maîtrise sociale, la mise en commun et le partage des connaissances, des pouvoirs, des richesses.

Elles et ils refusent un monde où les possibilités considérables qui surgissent de l’activité et du génie humain sont dévoyées en pillage des ressources, en concurrence aveugle, en affrontements et en guerres ; une société d’injustices et d’inégalités où les forts écrasent toujours les faibles. Elles et ils considèrent que la toute puissance de l’argent peut être combattue, que le capitalisme n’est pas la fin de l’histoire.

Leur engagement politique a pour raison d’être de promouvoir la pleine autonomie et le plein épanouissement de chaque femme et de chaque homme en faisant reculer, jusqu’à leur dépassement, toutes les formes sociales d’exploitation, de domination et d’aliénation.

Des êtres humains libres, égaux et associés, c’est la conception révolutionnaire qu’elles et ils se donnent d’un communisme libérateur d’humanité. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

La nécessité d’un Parti Communiste (suite)

Posté par jacques LAUPIES le 8 juillet 2008

LES DIRIGEANTS COMMUNISTES D’HIER MERITENT ILS L’ANATHEME  ?

En 1920 Lénine ne disposait que de l’expérience, et ce n’était pas rien, d’une révolution accomplie qu’il avait de plus contribué à faire triompher. Il mesurait bien à juste titre le rôle négatif que pouvaient jouer ceux qu’il appelait « les petits patrons » dans la transformation de la société. Mais bien entendu il n’était aucunement question de les éliminer : « il faut faire bon ménage avec eux » écrivait-il !

Le méthodes appliquées par le pouvoir soviétique par la suite, sous l’impulsion de Staline ne paraissent pas devoir lui être attribuées. Staline se voulut dictateur au nom du prolétariat. Il le fut au nom d‘un Parti qui ainsi se substitua à la classe ouvrière et au peuple. Comme tout « dictateur » il ne fut pas le seul à vouloir régler brutalement toute opposition en l’étouffant.

Mao que nombre d’intellectuels et hommes politiques ont de son temps à la fois adoré et fustigé fut le dirigeant d’une révolution extraordinaire qui ne fut tout de même pas étrangère à la construction de la Chine moderne. Il fut d’ailleurs de ceux qui dans l’erreur la plus cruelle tenta de corriger les mécanismes du pouvoir exercé par le Parti Communiste en déclenchant une révolution culturelle dont l’extrémisme aboutit, comme cela est souvent le cas, à liquider les meilleurs éléments de la société chinoise et sans doute du Parti. En cela il rejoignit Staline ce qui peut paraitre paradoxal dans une démarche ou il  voulait combattre l’immobilisme politique.

Fidel Castro subit les mêmes critiques de totalitarisme ! On oublie un peu vite le poids qu’a pu avoir la contre révolution cubaine soutenue par les Etats Unis dans le durcissement du régime à l’égard d’opposants dont la façade démocratique n’est certaiinement pas exempte d’arrières pensées revanchardes.

Dans la France de ce début de siècle les inquiétudes d’essence différente, voire opposée, à celle d’un Mao ou d’un Lénine voire d’un Fidel Castro ont-elles une raison d’être reprises par les communistes au point d’envisager les mêmes voies ! Il n’y a que les propagandistes du libéralisme économique pour le prétendre. Mais il est vrai qu’ils sont nombreux dans les médias à le suggérer ou pour le moins à l’insinuer et que cela à un impact dans toutes les couches de la population

Dot-on pour autant renoncer à se doter d’un parti avec une « discipline de fer » ?   ou toutes les rigueurs de l’action et de la morale politique seront respectées,

Quand les forces populaires exercent un fort pouvoir avec des contenus radicalement transformateurs il faut s’attendre à des violences de la classe dominante. Nous n’en sommes pas là mais lorsque cela s’est produit (l’expérience chilienne en a été la démonstration éclatante) la grande bourgeoisie sait faire et notamment utiliser ces fameux « petits patrons » auxquels il y a bientôt cent ans de cela Lénine faisait allusion. La France est la France, elle a un peuple plus vigilant que ne peuvent l’imaginer les apprentis du pouvoir personnel ou de parti et la tradition démocratique est bien ancrée malgré quelques aléas de notre histoire dont certains remontent au siècle dernier.

Les communistes français doivent donc s’inscrire dans ce contexte. Ils doivent prendre en compte la conscience réelle des catégories sociales objectivement intéressées à tout pas en avant et travailler à la constitution d’un rassemblement majoritaire. Mais pour que ces catégories ne faillissent pas dans leur soutien à des transformations révolutionnaires de notre société, bien que ne rejetant pas l’alternance et le respect du suffrage universel  les communistes doivent disposer d’un Parti  

Cela ne les dispense pas, bien au contraire de s’organiser et de se structurer en parti capable d’assumer toutes les situations possibles face au développement de la lutte des classes. Y compris celle que nous connaissons aujourd’hui dans notre pays. Cela est son affaire et ne concerne que lui mais également devant les procès d’ntention fait en permanences aux politiques il doit donner l’exemple dans le rapport que ses membres (notammet elus de la population et pernanents salariés) peuvent avoir au titre de leur fonction dans la société.

La « discipline de fer » est certainement un terme qui ne convient plus, tout autant que celui de « dictature du prolétariat » ! Je leur préfère et de loin la discipline d’une démocratie absolue face aux démocraties de façade, trompeuses des partis de la bourgeoisie qui sont de véritables passoires laissant filtrer les idées et les intérêts défendus par le pouvoir de l‘argent qui lui ne connaît pas la démocratie.

Si j’ai cité cet extrait de « la maladie infantile du communisme » de Lénine ce n’est pas pour le plagier béatement mais il a tout de même, en tant que premier dirigeant, ébranlé le monde capitaliste pour reprendre l’expression de John Reed. Cela mérite considération. Morale sans doute mais aussi et surtout théorique.

Je n’hésiterais pas à évoquer non plus le nom de Maurice Thorez et de Jacques Duclos que certains communistes de mes contemporains n’osent plus prononcer. Non pas parce que j’ai tout apprécié d’eux et de ce parti auquel j’ai adhéré en 1962. Mais il faut savoir que la jeunesse la plus consciente n’a que faire des procès faits à ceux qui parlent pour elle et parfois comme elle. Lorsque elle ne peut s’exprimer et doit subir l’injustice sociale et, ce qui est pire, la violence (ce qui était le cas de ma génération avec la guerre d’Algérie) les erreurs passées de ceux qui la soutiennent ont un impact très relatif sur leur engagement. Le présent compte beaucoup plus que le passé et les jeunes, comme d’ailleurs le reste da population attend des réponses concrètes en accord avec ses aspirations et se besoins. L’engouement actuel de certains jeunes pour les extrêmes et leur démagogie en est bien la preuve même si, hélas, ils ne voient pas les impasses ou cela peut les conduire et ne discernent pas les dangers des stratégies du tout ou rien.

Georges Marchais qui cependant procéda à des ajustement de l’organisation politique avec beaucoup de réalisme fut fustigé dès lors qu’il dirigeait un parti dont l’érosion électorale s’amorçait. N’était ce pas là une inconséquence que de s’en prendre exclusivement à lui comme l’ont d’ailleurs fait de nombreux communistes. Aujourd’hui si nous devions raisonner ainsi il faudrait demander le renouvellement de tous les responsables et élus du Parti car lorsque l’on obtient moins de deux pour cent à des élections, il n’y aurait d’autre solution qu’une mise a la retraite anticipée.

On ne peut pas éternellement rendre coupables les générations qui ont précédées de nos insuffisances politiques, idéologiques et d’organisation. Il faut soi même gérer son présent.Que l’on évalue les conséquences d’erreurs de programmes de stratégie de fonctionnement est certainement indispensable, mais il faut se dire qu’elles découlent de décisions arrêtées en commun. Simplement ces femmes et ces hommes, avec leur défauts, leurs insuffisances, ont su conduire de durs combats, dans des périodes extrêmement difficiles et ont réussi à amorcer dans des conjonctures dont la complexité échappe encore à ceux qui les critiquent, de grands pas en avant pour la classe ouvrière et d’un manière générale pour le peuple.

Ils ont à la fois contribué avec leur parti, en particulier en Europe mais aussi dans le monde, à déclencher un véritable mouvement populaire en faveur du socialisme et en même temps ils ont été portés par ce mouvement qui aurait du les inciter à plus de réflexion sur l’exercice du pouvoir dans le cadre des transformations qu’appelaient leur vision communiste .

On aurait pu faire l’économie de leurs erreurs mais alors il eut fallu avoir affaire à une génération d’hommes politiques parfaits et exemplaires ce que l’histoire n’a certainement jamais connu. Qu’elle ne connaîtra jamais tant il est difficile de gérer les contradictions d’une société autant que celles des hommes dans leur intérieur le plus intime. Toute action humaine est soumise à l’expérience et rares sont celles qui ne réservent pas des surprises qui ne remettent pas en cause la vison théorique à partir de laquelle cette expérience se réalise.

Alors de grâce cessons de tuer les « pères » ! Et ne soyons pas complices de leurs héritiers dilapidateurs ! Et que l’on ne me fasse pas dire que je prétends qu’ils étaient exemps de défauts !

Une telle analyse ne peut se faire sans la prise en compte de l’expérience et l’écoute de tout un peuple mais s’agissant d’un Parti (qu’on appelait autrefois d’avant-garde) c’est lui seul qui est en mesure de corriger, d’adapter son fonctionnement. Et il doit le faire d’urgence !

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

1...779780781782783784
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus