• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 mars 2020

A Tarascon le Maire sortant placé en tête au premier tour profite d’une division des autres droites.

Posté par jacques LAUPIES le 15 mars 2020

 

 

DSC_0802-photo 19 février à 2h20

A Tarascon le Maire sortant placé en tête  au premier tour profite d’une division des autres droites. Abstentions votes blancs ou nuls totalisent 52 % des suffrages. Comme ils savent le faire les réformistes de droite ont minimisé l’extrémisme de droite du RN pour le faire porter par la principale opposante, au Maire sortant, dont les soutiens viennent de la même famille politique. Le parachuté du RN se trouve donc crédité de 20 % des suffrages exprimés !

Le Maire sortant Lucien Limousin qui, de son côté, a pu bénéficier d’appuis souterrains du centre gauche et d’une partie la gauche réformiste,  se trouve donc en danger car la candidate Valérie LAUPIES a deux options : composer avec le RN largement distancé ou miser sur un ralliement de l’ensemble droite – extrême et droite conservatrice  (c’est un pléonasme) sans concession.

Une situation qui ne modifie en rien notre position de nous tenir à l’écart de cette élection  laquelle – duel ou triangulaire – ne porte en rien les intérêts d’une population marquée par des années de politique libérale et social libérale et que tente de récupérer les droites ici en présence !

Encore un mot : la tenue du deuxième tour risque d’être reportée. Pour les communistes l’avis des scientifiques est nécessaire et ce sont ces derniers qui doivent, DANS L’INTERET DE LA POPULATION, être entendus

Résultats du 1er tour des municipales 2020

  • Taux de participation : 47,57%
  • Votes nuls : 2,42%
  • Votes blancs : 2,06%
Lucien LIMOUSIN (Div. D.)
ENSEMBLE, PROTEGEONS, DEFENDONS, VALORISONS TARASCON 44,67% (1 781 voix)

Valérie LAUPIES (Ext. D.)
LE BON SENS POUR TARASCON 35,77% (1 426 voix)

Jean-Guillaume REMISE (RN)
RASSEMBLEMENT POUR TARASCON 19,56% (780 voix)

 

 

 

 

 

Nicolas Langlois (au centre), maire de Dieppe, à la rencontre des habitants durant la campagne. Jérôme Lallier

Nicolas Langlois (au centre), maire de Dieppe, à la rencontre des habitants durant la campagne. Jérôme Lallier
Lundi, 16 Mars, 2020

PCF. LES COMMUNISTES MOBILISÉS AU PREMIER TOUR

Les maires de Dieppe (Seine-Maritime) et de Tarnos (Landes) réélus dès hier. Au Havre, Jean-Paul Lecoq est parti pour imposer un 2nd tour à Édouard Philippe.

 

Au moment où nous écrivions ces lignes, les maires PCF sortants semblaient bien placés en Seine-Maritime, notamment à Saint-Étienne-du-Rouvray. Nicolas Langlois a même été réélu au premier tour à Dieppe. Tout comme Jean-Marc Lespade à Tarnos (Landes). Les résultats semblaient positifs dans les quatre villes rouges des Hauts-de-Seine, à savoir Bagneux, Gennevilliers, Malakoff et Nanterre. Les communistes pouvaient aussi espérer des reconquêtes, notamment en Seine-Saint-Denis à Saint-Ouen, Bobigny, Le Blanc-Mesnil, Bagnolet et même Romainville et Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Dans l’Isère, les résultats s’annonçaient serrés dans la banlieue rouge de Grenoble, surtout à Fontaine, mais moins à Saint-Martin-d’Hères et Échirolles.

Les scores non définitifs étaient aussi favorables à Vénissieux (Rhône), Montataire (Oise), Saint-Amand-les-Eaux (Nord), Grigny (Essonne) et dans le Bassin mosellan à Algrange, Serémange-Erzange et Talange. Idem à Martigues, alors que dans les Bouches-du-Rhône la commune de Gardanne est menacée par les divisions. À Arles, le PCF était donné à 20 % à 19 heures, derrière Patrick de Carolis à 24 %. Dans le Val-de-Marne, seul département à direction communiste, les relevés étaient encourageants dans plusieurs communes, dont Champigny-sur-Marne et Villejuif, perdue en 2014. D’autres villes sont menacées, dont Ivry-sur-Seine, où EELV, PS et FI se sont unis contre le maire PCF sortant. Les communistes font également partie de nombreuses listes de rassemblement à gauche sans en avoir la tête. Ils peuvent espérer l’emporter avec leurs partenaires à Strasbourg, Rouen et Besançon, notamment.

Reste enfin Le Havre (170 000 habitants), où le député communiste Jean-Paul Lecoq était en passe de contraindre le premier ministre Édouard Philippe à un second tour. Juste à côté, le PCF est sûr de s’imposer à Gonfreville-l’Orcher. Tout comme à Avion (Pas-de-Calais). Deux villes où une seule liste était en lice.

Avec 651 maires PCF en France, près de 2 870 705 citoyens de notre pays vivent dans une ville gérée par les communistes, sans oublier ceux défendus par un total de 7 000 élus locaux qui participent parfois à des majorités variées. Depuis cent ans, ces édiles portent des mesures phares du communisme municipal, qui ont depuis été reprises dans tous le pays : centres de santé municipaux, soutien massif au logement social, accès garanti au sport et à la culture pour tous, développement des colonies de vacances, défense acharnée des services publics… « Les questions gérées à l’échelle municipale concernent le quotidien des citoyens. Nous œuvrons à bâtir des politiques de justice sociale et écologique qui sont le contrepoids des réformes que le gouvernement mène contre les plus modestes », mesure Ian Brossat, président de l’Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr).

Depuis quelque temps, les maires PCF favorisent également le passage au bio dans les cantines, à des tarifs très accessibles, et sont très nombreux, cette année, à se mobiliser pour que les transports en commun deviennent gratuits. Cette question a été particulièrement portée lors de la campagne des municipales de 2020. En tout, le PCF présente cette année 362 candidats communistes ou apparentés en tête de liste. C’est le cas dans les deux communes de plus de 100 000 habitants qu’il dirige : Saint-Denis et Montreuil, avec davantage d’inquiétudes au second tour pour la première. C’est aussi le cas dans les 20 communes de plus de 30 000 habitants, les 30 communes de plus de 20 000 habitants et les 60 communes de plus de 10 000 habitants dirigées par des communistes dans le pays.

Aurélien Soucheyre
A Tarascon le Maire sortant placé en tête  au premier tour profite d'une division des autres droites. dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

D’évidence une bonne part de la population ne mesure pas trop les risques de contamination du virus ! On se fait la bise, on se serre la main, parfois même on en rigole ! Certes 91 morts et quelques milliers de contaminés cela parait bien peu pour une population de 60 millions d’habitant vu sous cet angle ! Il en va autrement quand se pose la question des soins avec la capacité d’accueil en réanimation et soins intensifs. A plus forte raison quand on a à faire face à des besoins de traitement courants souvent étalés dans le temps plus qu’il ne faudrait. Il faut également penser à tous ceux qui parfois dans des conditions difficiles doivent prodiguer les soins ? Alors de grâce prenons l’affaire au sérieux et respectoons les règles élémentaires que nous recommandent non seulement les politiques mais surtout les scientifiques et le corps médical…

Posté par jacques LAUPIES le 15 mars 2020

 

 

AFP

AFP
Samedi, 14 Mars, 2020

CORONAVIRUS : UNE FRANCE AU STADE 3

24 heures seulement après l’allocution présidentielle, le gouvernement se voit contraint de durcir le dispositif contre l’épidémie de coronavirus. Fermeture dès minuit samedi et « jusqu’à nouvel ordre » de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ».

 

Restaurants, bars, discothèques, cinémas sont appelés à fermer leurs portes. Les commerces sont aussi touchés, à l’exception des magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations-essence, a précisé le premier ministre. Une situation comparable à celle que connaît l’Italie depuis cinq jours, face à l’avancée de l’épidémie. La soudaineté de la communication gouvernementale, donnant aux commerces concernés quelques heures pour s’y confirmer, tandis qu’Emmanuel Macron 24 heures plus tôt avait principalement annoncé la fermeture, lundi, de tous les établissements scolaires ainsi que les crèches, témoigne d’une prise de conscience désormais au plus haut niveau, teintée d’improvisation. Fin janvier, celle qui était ministre de la Santé encore,  Agnès Buzyn, se faisait rassurante quand à la possibilité de l’introduction de l’épidémie en France. Désormais, l’exécutif se cale sur les mesures drastiques déjà prises en Italie ou en Espagne.

En revanche, le premier tour des élections municipales se déroulera dimanche « comme prévu », à condition de « respecter strictement les consignes de distanciation et de priorisation des personnes âgées et fragiles », a ajouté Edouard Philippe, en demandant « calme » et « civisme » aux Français. Appelant les Français à « plus de discipline » face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement exhorte les Français à limiter « leurs déplacements et en particulier à éviter les déplacements inter-urbains », même si « les transports urbains continueront de fonctionner ». « Ce que nous devons faire en ce moment, c’est tout simplement d’éviter au maximum de se rassembler, limiter les réunions amicales et familiales, n’utiliser les transports en commun que pour aller au travail et seulement si la présence physique au travail est indispensable, ne sortir de chez soi que pour faire ses courses essentielles, faire un peu d’exercice ou voter », a-t-il égrené.

Edouard Philippe a notamment déploré avoir « vu trop de gens dans les cafés, les restaurants ». « Cela me réjouirait en temps normal, mais pour quelques semaines ce n’est pas ce que nous devons faire », a-t-il renchéri, notant que « les premières mesures prises de limitation des rassemblements étaient imparfaitement appliquées ».

Samedi, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a annoncé que 830 nouveaux cas de patients infectés par le nouveau coronavirus avaient été détectés en France, pour un total de 4.500 depuis le début de l’épidémie qui a fait pour l’heure 91 morts dans le pays.

Dans ce contexte, la France est passée samedi au « stade 3″ de l’épidémie, signifiant que le virus circule désormais sur tout le territoire. En respectant les règles, « vous vous aidez vous-mêmes et vous les aidez en évitant qu’ils ne soient submergés par l’accueil des soins sévères », a insisté le premier ministre

D'évidence une bonne part de la population ne mesure pas trop les risques de contamination du virus ! On se fait la bise, on se serre la main, parfois même on en rigole ! Certes 91 morts et quelques milliers de contaminés cela parait bien peu pour une population de 60 millions d'habitant vu sous cet angle ! Il en va autrement quand se pose la question des soins avec la capacité d'accueil en réanimation et soins intensifs. A plus forte raison quand on a à faire face à des besoins de traitement courants souvent étalés dans le temps plus qu'il ne faudrait. Il faut également penser à tous ceux qui parfois dans des conditions difficiles doivent prodiguer les soins ? Alors de grâce prenons l'affaire au sérieux et respectoons les règles élémentaires que nous recommandent non seulement les politiques mais surtout les scientifiques et le corps médical... dans POLITIQUE
What do you want to do ?

New mail

 dans POLITIQUE

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus