• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Puisque Tarascon est dépourvu de liste de gauche, il est toujours intéressant de voir qu’ailleurs ce n’est pas toujours le cas. Comme le démontre la ville de Tarbes. Plus près de nous à Arles existe également une liste de rassemblement conduite par un communiste, Nicolas Koukas ! Il y a bien une liste LFI laquelle fait bande à part dans chacune de ces deux villes ? Pourquoi ou pourquoi pas ! Les électeurs seront seuls juges mais ils auront une porte ouverte vers une gestion progressiste de la ville loin des orientations d’austérités des droites.

Puisque Tarascon est dépourvu de liste de gauche, il est toujours intéressant de voir qu’ailleurs ce n’est pas toujours le cas. Comme le démontre la ville de Tarbes. Plus près de nous à Arles existe également une liste de rassemblement conduite par un communiste, Nicolas Koukas ! Il y a bien une liste LFI laquelle fait bande à part dans chacune de ces deux villes ? Pourquoi ou pourquoi pas ! Les électeurs seront seuls juges mais ils auront une porte ouverte vers une gestion progressiste de la ville loin des orientations d’austérités des droites.

Posté par jacques LAUPIES le 10 mars 2020

 

Rebecca Caley et Hervé Charles (au centre), chefs de file de la liste «	Tarbes citoyenne, écologique et solidaire	», qui,en attendant le second tour, multiplie les initiatives. F. Albessard/la Dépêche du Midi/Photo PQR

Rebecca Caley et Hervé Charles (au centre), chefs de file de la liste « Tarbes citoyenne, écologique et solidaire », qui,en attendant le second tour, multiplie les initiatives. F. Albessard/la Dépêche du Midi/Photo PQR
Mardi, 10 Mars, 2020

TARBES. LA GAUCHE VEUT METTRE FIN AU RÈGNE DE TRÉMÈGE

Conduite par Hervé Charles (PCF), la liste « Tarbes citoyenne » regroupe la gauche, sauf la FI, face à un maire LR affaibli par les affaires et les divisions.

 

Tarbes (Hautes-Pyrénées), envoyé spécial.

L’année 2020 sera-t-elle celle du changement dans la capitale de la Bigorre ? La gauche défie aujourd’hui Gérard Trémège, 75 ans et trois mandats derrière lui. Même si le maire LR de Tarbes possède de solides réseaux et reçoit le soutien des riches familles qui dominent l’économie locale, il est guetté par l’usure du pouvoir. Une nouvelle affaire embarrassante le compromet même un peu plus : son cabinet d’experts-comptables a omis de verser les cotisations sociales de ses salariés. Gérard Trémège comparaîtra en juin au tribunal. Surtout, son camp se lézarde. Son ancien adjoint Pierre Lagonelle (Modem-LaREM) est un dissident de longue date, et la fronde de Myriam Mendez, il y a peu adjointe à la culture, accentue les divisions à droite. Pour la première fois, l’extrême droite présente également une liste. Gérard Trémège ne pourra donc plus capter une partie de l’électorat lepéniste.

« Le rassemblement s’est construit sur le programme, la liste s’est faite ensuite »

En face, la liste « Tarbes citoyenne, écologique et solidaire » réunit cinq formations de gauche (PCF, EELV, PS, Génération.s, Ensemble !), en plus de femmes et d’hommes sans carte politique. Elle est conduite par le communiste Hervé Charles. « Notre fil rouge, c’est le rassemblement. Aucune des cinq formations ne pouvait prétendre être hégémonique », explique-t-il. Une démarche qui « est le fruit d’une intelligence collective », apprécie la socialiste Michèle Pham, tête de liste PS en 2014, qui se présente cette année sous les couleurs de la liste de gauche. « Le rassemblement s’est construit sur le programme, la liste s’est faite ensuite », précise au passage l’écologiste Henri Lourdou, en septième position sur la liste.

Car si le maire sortant est connu pour avoir embelli la ville en plantant des palmiers, « il est maintenant urgent de s’occuper des habitants », prévient Hervé Charles. À Tarbes, le taux de pauvreté est de 24 %. Aussi la liste qu’il conduit veut augmenter les moyens du centre communal d’action sociale et instaurer la gratuité pour les fournitures et sorties scolaires… Elle entend également « faire de la transition écologique le moteur du territoire », selon la formule d’Henri Lourdou. Au programme notamment : des immeubles moins énergivores, une gestion de l’eau en régie municipale directe et le développement du bio dans les cantines. Autre cheval de bataille : la sauvegarde de l’hôpital public. Alors que la puissante clinique privée de l’Ormeau vise à s’agrandir, les hôpitaux de Tarbes et Lourdes seraient supprimés. Un nouvel établissement verrait le jour à équidistance des deux villes. « Cela éloignerait l’hôpital des populations et sur une décision aussi importante les Tarbais ne sont pas consultés ! » s’insurge Hervé Charles.

Longtemps, il a semblé que la gauche serait ici totalement rassemblée. Et puis, le 22 janvier, le syndicaliste José Navarro a annoncé le lancement de la liste « l’Avenir en commun.e », sur laquelle la FI se trouve en bonne place. José Navarro diviseur de la gauche ? La question l’agace un peu : « Nous pouvons être utiles au changement. Nous voulons donner envie de retourner voter aux habitants des quartiers à forte abstention. Sinon il y aura un nouveau mandat de droite. » En attendant le second tour, la liste « Tarbes citoyenne, écologique et solidaire » multiplie les initiatives. En arpentant les 17 étages d’une tour du quartier Solazur, les militants Philippe et Hervé ont été très bien reçus : sur le journal de campagne, le visage d’Hervé Charles est souvent reconnu. Il est directeur de l’école du quartier.

Bruno Vincens
Puisque Tarascon est dépourvu de liste de gauche, il est toujours intéressant de voir qu'ailleurs ce n'est pas toujours le cas. Comme le démontre la ville de Tarbes. Plus près de nous à Arles existe également une liste de rassemblement  conduite par un communiste, Nicolas Koukas !  Il y a bien une liste LFI laquelle fait bande à part dans chacune de ces deux villes ? Pourquoi ou pourquoi pas ! Les électeurs seront seuls juges mais ils auront une porte ouverte vers une gestion progressiste de la ville loin des orientations d'austérités des droites.  dans POLITIQUE
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus